Surface de plancher : définition et exemple

En préambule de ce chapitre sur la surface de plancher, il faut tout d'abord rappeler que cette notion vient remplacer les termes SHOB et SHON anciennement utilisés. L'entrée en vigueur de la surface de plancher date de 2012, date à partir de laquelle les SHOB-SHON sont devenues obsolètes.

Définition et usage :

surfacedeplancherLa surface de plancher est l’unité de calcul des surfaces, dorénavant utilisée en construction dans le droit de l’urbanisme. Ce calcul est donc indispensable, depuis mars 2012 (date d’entrée en vigueur de cette nouvelle unité de calcul des surfaces) à la délivrance des permis de construire et diverses autorisations d’urbanisme. C’est également une donnée à connaître pour savoir s’il faut ou non faire appel à un architecte, ainsi qu’à calculer la taxe d’aménagement.

 

Mode de calcul :

Le calcul de cette surface repose sur la définition suivantes : "La surface de plancher correspond à la somme des surfaces de planchers de chaque niveau clos et couvert, sous hauteur de plafond supérieure à 1,80 mètre." En d'autres termes, il vous faut tout d'abord établir la surface que vous avez à chacun des étages de l'appartement ou de la maison. Si un des étages concerné est sous les toits, ne retenez que la surface pour laquelle vous avez au moins 1m80 de hauteur. Typiquement la partie des combles aménagés qui sont en-dessous des 1m80 de hauteurs ne sont pas comptabilisés dans la surface de plancher. Ensuite, si vous disposez d'une terrasse ouverte - elle n'est pas à prendre en compte dans la surface de plancher (puisqu'on parle d'espace clos et couvert).

Surfaces déductibles:

Voici les espaces qui ne rentrent pas dans le calcul de la surface de plancher : Pour retrouver la définition officielle, se référer à l'Article R. 112-2 du code de l'urbanisme, dans sa rédaction du décret du 29 décembre 2011.1.

Les avantages du nouveau calcul de surface de plancher

Ce nouveau mode de calcul de surface de plancher est plus simple à utiliser que les anciennes unités SHON et SHOB. Par ailleurs, le mode de calcul, légèrement différent – voir ci-dessous - offre au final une possibilité de construire un peu supérieure (de l'ordre de 10%). En effet, le fait de ne pas prendre en compte dans le calcul - notamment - les murs extérieurs permet de dégager un bonus en terme de constructibilité d’environ 10% en moyenne ! Ca paraît peu, mais au final, ce nouveau mode de calcul modifie la densification urbaine : ce gain d'espace constructible peut être utilisé pour de nouvelles constructions, ou pour de nouvelles extensions. Autre avantage de ce nouveau mode de calcul : le fait de ne pas comptabiliser les murs extérieurs dans le calcul contribue à l’amélioration de la performance énergétique des bâtiments : en effet, vouloir isoler son bien le mieux possible, en construisant des murs épais ou en utilisant des double parois ne se traduit plus par une perte en terme de droits à construire.

Anciennes définitions :

Définitions connexes :

Retrouvez Jameliore.fr sur :

Jameliore sur Youtube Jameliore sur Twitter